Accueil > Nouvelles > Nouvelle

Nouvelles compressions de 150 millions dans les commissions scolaires

31 mai 2012

La CSQ appréhende des conséquences sérieuses sur les services aux élèves

Québec, le 31 mai 2012. – À quelques heures de la tenue du Sommet sur l’éducation publique au Québec, organisé par la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), par la voix de son président M. Réjean Parent, réitère sa dénonciation des nouvelles compressions de 150 millions à venir en 2012-2013 dans les commissions scolaires (C.S.) et elle appréhende l’impact évident qu’elles auront sur les services aux élèves.

M. Réjean Parent soutient qu’après les compressions de 170 millions appliquées au cours de la dernière année, ce serait mentir que de prétendre qu’un effort de 150 millions de plus l’an prochain pourra se faire tout en maintenant le même niveau de qualité de services aux élèves.

« Au moment de l’annonce des premières compressions, la ministre de l’Éducation donnait la garantie à la population que les services aux élèves ne seraient pas touchés et elle ordonnait aux commissions scolaires de se conformer en conséquence. Cette fois-ci, au ministère de l’Éducation, le discours a quelque peu changé alors qu’on se limite à dire que malgré les compressions, il faut tout juste préserver les services aux élèves. La différence est grande puisque préserver les services ne veut pas dire qu’il ne faut pas les toucher, ni même les diminuer », s’inquiète le président de la CSQ.

Des indices inquiétants

M. Parent soutient que l’ensemble du personnel de l’éducation — enseignant, professionnel et de soutien — est profondément inquiet de ce qui l’attend en septembre prochain. « Il faudra encore quelques semaines avant de connaître les dommages réels que causeront ces nouvelles compressions dans les établissements, mais déjà, certains indices suffisent pour nourrir nos pires appréhensions », précise-t-il.

Services aux élèves HDAA réduites à Laval

Le leader syndical cite notamment le cas de la commission scolaire de Laval où l’on prévoit l’abolition d’au moins 50 postes, principalement des techniciens en éducation spécialisée (TES). Il s’agit donc directement d’une diminution de services à l’aide aux élèves les plus vulnérables, c’est-à-dire les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA). Ce qui ne sera pas sans conséquence sur leur taux de diplomation et de qualification, à un moment où le nombre de ces élèves est justement à la hausse.

Disparition de 40 postes d’enseignants à la commission scolaire Marie-Victorin

Autre situation à la commission scolaire Marie-Victorin, huit postes de professionnels offrant des services aux élèves ayant des besoins particuliers seront aussi abolis. De plus, le temps de présence des enseignants en classe devrait passer de 1 000 à 1 025 heures, entraînant la disparition d’une quarantaine de postes, diminuant ainsi le soutien et l’encadrement auprès de ces élèves. Encore là, ce sont les EHDAA qui feront les frais des compressions imposées aveuglément par le ministre des Finances, Raymond Bachand.

Fermetures de classes pour EHDAA à la commission scolaire de la Jonquière

Même orientation à la commission scolaire de la Jonquière où l’on a décidé de réaménager les services aux élèves HDAA. C’est ainsi qu’une classe de maturation et une classe Kangourou seront fermées en septembre dans deux écoles, alors qu’un centre de formation en entreprise et récupération (CFER) subira le même sort.

Des coupes plus élevées que nécessaire à la commission scolaire du Pays-des-Bleuets

Finalement, que dire de la situation à la commission scolaire du Pays-des-Bleuets, au Lac-Saint-Jean, où l’on a profité d’une baisse de clientèle de moins de 100 élèves pour abolir 13 postes d’enseignants ? Il s’agit du double de postes qu’il aurait été normalement nécessaire de supprimer, compte tenu du ratio habituel du nombre d’élèves par enseignant.

Un discours gouvernemental pour endormir la population

Pour le président de la CSQ, il ne fait aucun doute que ces exemples reflètent assez bien ce qui devrait se passer l’an prochain dans un grand nombre d’écoles à travers le Québec, pour faire face aux compressions insensées imposées aux commissions scolaires.

« Le gouvernement va beaucoup trop loin dans ses compressions et il est faux de laisser croire que l’on peut ainsi réduire les budgets de centaines de millions de dollars en ne coupant que dans le “gras”, dans l’administration. Ce discours ne sert qu’à endormir la population, notamment les parents des élèves qui recevront moins de service d’aide et d’encadrement. Ce que l’on voit déjà ne laisse aucun doute : les compressions à venir mettent en péril les services aux élèves », conclut M. Réjean Parent.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 190 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l’éducation. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

– 30 –

Renseignements

Marjolaine Perreault
Attachée de presse, CSQ
Cellulaire : 514 235-5082
Courriel : perreault.marjolaine@csq.qc.net
Twitter : @csq_centrale


Syndicat de l'enseignement du Bas-Richelieu

Une réalisation de